L’ennui et le jour


Ce matin, en sortant d’chez moi
Y avait un trou énorme
Une planète était tombée là
Avec des gens difformes
Des petits bonshommes tout verts
Qui venaient envahir la Terre !
 
Ah ! Mais non, c’n’était rien
Qu’ma vie de tous les jours
Ah ! Mais non, c’n’était rien
Qu’mon ennui en plein jour
 
Fumant sa pipe sur le trottoir
Assis au coin d’une rue
Entre ses deux mains, une guitare
Jouait un moustachu
« J’m’appelle Georges et, bon sang d’bois
Qui veut bien chanter avec moi ? »
 
Et provoquant ma destinée
Dans une ruelle déserte
Allongée une jolie poupée
Paupières fermées, bouche ouverte
C’était la Belle au Bois Dormant
Qui voulait s’taper son amant
 
Au plein cœur de l’après-midi
J’ai croisé Spiderman
Il m’a dit : « Viens ! On a quelques soucis
Faudrait aider Batman
Le Joker n’est plus tout seul
Il va lui en mettre plein la gueule ! »
 
Impressionné par le décor
Je n’en crois pas mes yeux
Devant moi, ce sont les îles Comores
Sous un soleil radieux
C’est Paris qui se fait du bien
Les pieds dans l’Océan Indien
 
Traînant Boulevard des Capucines
Rêveur et tête en l’air
Intrigué, je cherche l’origine
De cette foule en colère
Je lève les yeux et j’aperçois
Les Ogres « complet » à l’Olympia
 
Et en attaquant la soirée
Fatigué, un peu las
Au loin, j’entends voler les pavés
Qui brisent enfin la glace
Des gens dans la rue en colère
Main dans la main et qui espèrent
En criant d’une voix sensible
Qu’un autre monde est possible
Dans une manifestation
Et c’était la révolution
 
Ah ! Mais non, ça n’fait rien,
Nos vies de tous les jours
Ah ! Mais non, ça n’fait rien,
Notre ennui en plein jour