Palestine confession


Alors, qu’est-ce que ça fait de se dire enfin la vérité du passé ?
Ça va faire 336 mois que je me cherche et me recherche, moi.
Je n’ai trouvé que des « moi » et pas d’émoi, j’en ai passé des mois sans émoi… mais dans tout, c’est moi.
Je me préfère dans mon profond moi, le vrai, l’authentique amoureux, un peu fou des femmes et fou de moi.
Je n’ai trouvé que des « moi » et pas d’émoi, j’en ai passé des mois sans émoi… mais dans tout, c’est moi.
Que dire sur ces périodes ? Du jeune moi de ma vie ! Oh la la ! Moi, ce mois tu m’as moisi de ton « je m’en foutiste moi » !
Je n’ai trouvé que des « moi » et pas d’émoi, j’en ai passé des mois sans émoi… mais dans tout, c’est moi.
Comme dirait le père : « Sacré moi » ! Je me vouvoie, moi ? Jamais ! Mais paraît-il, il ne faut jamais dire jamais. Sauf si jamais je recroise ces anciens moi(s)
Que je n’appréciais guère, d’ailleurs, je vous ai fait la guerre : deux fois. Il y a quelquefois la paix, moi. Voulez-vous de quoi ?
Je n’ai trouvé que des « moi » et pas d’émoi, j’en ai passé des mois sans émoi… mais dans tout, c’est moi.
C’est pour ça que, ces mois-ci, je vous aime vraiment bien quand même, du moins j’essaye, j’essaye au moins… moi !
Je n’ai trouvé que des « moi » et pas d’émoi, j’en ai passé des mois sans émoi… mais dans tout, c’est moi.
Jérusalem, here I am, here I am
Jérusalem, je t’aime, je t’aime