Graine de brigand


Je voudrais oublier le soir
Où la raison m’a quittée
C’était pour une sombre histoire
D’amour et de cœur brisé
Et moi qui suis née ici
Dans cette jungle qui confond
D’une ritournelle le souci
Au chagrin d’une chanson


Je n’ai pas fait dans la dentelle
Et les deux ventres percé
Celui de la demoiselle
Et de l’homme qui l’accompagnait
Car moi qui suis née là-bas
Dans cette jungle qui murmure
Qu’il n’y a pas de coups bas
Que la vengeance est à coup sûr !


Qu’on me jeta dans une cage
Que les barreaux furent pour moi
Le prolongement de ma rage
Que l’on me vit sans émoi
Mais moi qui suis née un soir
Dans cette jungle mal famée
Le couteau pour exutoire
La violence pour m’exprimer


J’ai beau le crier, sincère
Que cette corde qui me pend au cou
C’est une fenêtre à ciel ouvert
Un nouvel horizon pour tout
Tous ceux qui sont nés dedans
Cette jungle qui fabrique
De la graine de brigands
Aux matières grises illogiques


Après quelques jours chez le Diable
Si Saint-Pierre accepte le pardon
Pour mon geste irrémédiable
S’il m’accepte dans sa maison
Je lui dirai que naître dans
Cette jungle aux mille vies mortes
Ne présage pour ces enfants
Aucune chance d’aucune sorte