Ohm
J'ai mon lot d'angoisses qui pèse au d'ssus d'ma pomme
J'ai le cœur gris et la vie monotone
Je ne suis pas fier d'être un homme
Avec son couteau et sa bite toute conne
 
Je fume de l'herbe et je bois du rhum
Pour égayer mes quelques neurones
Ma joie se décompose en deux tomes
Les matins sans voix, les soirs aphones
 
J'voulais t'aimer mais y'a qui dirait comme
Une épine dans l'pied, un vide qui résonne
Entre moi et l'amour si peu d'atomes
Crochus, le temps qui détruit mes hormones
  J'ai cru comprendre que la vie est une somme
De coups tordus qui se pèsent en tonnes
Où est­il Dieu ? Que j'le traîne aux prud'hommes
J'ai rien signé, entre nous y'a maldonne
  J'rêvais ma vie comme Huckleberry ou Tom
Plein d'aventures et l'école qui buissonne 
Anéantir les moulins du royaume
Être un héros comme Quichotte Don
 
J'ai mon lot d'angoisses qui pèse au d'ssus d'ma pomme
J'ai l’humeur grise et la vie monotone
Je ne serai jamais, jamais fier d'être un homme
Avec sa raison qui déraisonne
 
J'voulais devenir fin gastronome
Bouffer la vie quand le bonheur rayonne
Mais le temps passe, et fade, et sans arôme
Des rois des riens, c'est moi qui ai la couronne
 
J'ai quitté l'école sans un diplôme
Des profs déçus qui m’ont dit « J'abandonne »
Des parents qui m’ont rêvé astronome
Pour me voir devenir Monsieur Personne
 
Tout est si plat comme sorti d’une sit’com
Je subis ma vie, y’a plus rien qui m’étonne
J’veux disparaître comme Gomorrhe et Sodome
Face à face à ma dernière heure qui sonne
 
Fatigué du temps qui passe et m’assomme
Toujours l’impression que l’on me soupçonne
J’veux retourner dans mes rêves de môme
Ne plus être un lion qui survit dans la faune
 
J'ai pas fini, écoute la fin du psaume
D'un enfant des rues, enfant d'la zone
Qui agit en responsable autonome
Noie son chagrin sur le magnétophone
 
Comme un pansement sur tous mes hématomes
Je pose des bombes de mots sur l'Hexagone
Ma devise calée au métronome :
Liberté, égalité et microphone