Mme Solène SVP


Vous, qui vous permettez de raconter ma vie
Vous, qui ne connaissez rien à la moindre de mes envies
Je veux que vous sachiez pour que l’on me comprenne
Lorsque vous vous trompez et que cela me gène


Ainsi donc, pour vous, moi, petite Solène
Celle qui met les bouts dès qu’on lui dit : « Je t’aime »
Ainsi donc pour vous, mon âme va, bohème
D’un corps à l’autre et tout ça, selon vous, sans gène


Mais s’il est vrai que pour moi l’amour n’a qu’un prix
Celui d’un grand tracas qui s’enfuit sans un cri
Les raisons qui me poussent à vivre cette histoire
Ne sont connues de tous et restent à mon égard


Chansonnier malhonnête et si vous continuez
À chanter à tue-tête ma vie sans vous soucier
Ce que l’on peut souffrir pour une phrase de trop
Je viendrai vous couvrir de honte et de sanglots


Vous, qui vous permettez de chantonner ma vie
Vous, qui ne savez rien du moindre de mes soucis
Je vous prie, commencez, pour que l’on se comprenne
Par conter votre vie, mais ne chantez pas la mienne !