Angélique


Moi, ça ne m’a jamais attiré
Les filles en robe à cœur
Aux p’tites jupes à fleurs bien serrées
Aux motifs de toutes les couleurs


Celles qu’ont des silhouettes de jaguar
Un peu starlettes, un peu princesses
Une longue descente collant léopard
Et qui s’font refaire les fesses


Moi c’qui m’a toujours plu
C’est les filles en jogging sans couleur
Qui ont c’que vous app’lez un gros cul
Et cette légère odeur de sueur !


Je fantasmais sur la tenue d’une Angélique
Femme de ménage au resto-u
Qui me séduisait de ses grands yeux verts
Tout en passant la serpillière


Si je lui dédie cette chanson
C’est que je n’comprends pas très bien
Pourquoi c’que vous appelez un canon
J’le considère comme un boudin


J’espère que ma p’tite Angélique
Ne s’ennuiera jamais à mon bras
Qu’elle n’aimera jamais la grande musique
J’espère qu’ce p’tit air lui ira !


Moi, je me suis toujours agacé
Des grandes soirées parisiennes
La culture avec un faux « c »
Et les stars académiciennes


Les avis sur tout, les grands discours
Les analyses philosophiques
Ceux qui décortiquent l’amour
Qui ne connaissent pas Angélique


Angélique a quelque chose d’un ange
Que je ne saurais vous expliquer
Cette vulgarité qui dérange
Sur ces formes bien prononcées


Je fantasme sur la tenue
D’une magnifique femme de ménage au resto-u
Qui m’excitait de ses grands yeux verts
Et demandait : « Qu’est-ce que j’vous sers ? »


Aussi je lui écris cette chanson
Et moi-même, je n’sais pas très bien
Si elle lui fera l’effet d’un canon
Ou celui d’une vieille peau d'boudin


Faites que ma p’tite Angélique
Ne s’ennuie jamais à mon bras
Qu’elle n’aime jamais la grande musique
J’espère qu’ce p’tit air lui ira !



Moi, c’que j’n’ai jamais pu apprendre
C’est les grandes leçons de grammaire
Toutes ces règles difficiles à comprendre
Qui vous font dire des phrases de travers


Les terminaisons jamais pareilles
Qu’elles soient « plurielles » ou « singulières»
Moi qui n’ai connu qu’un soleil
Celui qu’Angélique fait briller


Moi c’qui m’a toujours plu
C’est les phrases simples et jolies
« Mademoiselle, je me suis aperçu
Que vous êtes l’amour de ma vie ! »


Je fantasme sur la tenue d’une Angélique
Femme de ménage au resto-u
Qui m’avalait de ses grands yeux verts
Entre le fromage et l’dessert


Aussi je t’écris cette chanson
Et je crois qu’il serait fort bien
Qu’on se la termine en canon
Pour ne pas la finir en eau d’boudin


Et j’ai fait avec ma p’tite Angélique
J’ai fait tant de choses à son bras
Sans jamais faire de grande musique
J’ai pu finir ce p'tit air-là.