Invitation

Madina N’Diaye, Tiken Jah Fakoly et les Ogres
[Les Ogres de Barback & Madina N’Diaye]

Je m’invite chez toi.
C’est un endroit très rare.
Il ne nous ressemble pas,
car chez nous c’est nulle part.


Quelques mots écrits pour toi,
en français, mandingue ou bambara,
une chanson qui nous emmène
à mille lieues de la haine


Anh ! ni ko sunuguba, Maliba jamana do
Mogo fili sunugun tè anw nou bolo, Bé lamara n’ko sunugun bè anw bolo.


Né bèna i ka so, i ka yoro nyogo’n mantia
Ani anw ta man kan
Baraa tè anw nou la bilè


Je m’invite chez toi.
Je ne viens pas au hasard.
On ne se connaît pas,
raconte-moi ton histoire.


Mali yé taa faga dugu dé yé, anw tè taa mènè mogossi lah oh !
Na anw ka diè ka kè kéléye o Mali dédo
Sanangouya bè anw so, wa djatiguiya bè anw so
Mogo daladjè sunugunba dedo ani siradala kolon ba
Ni taa to mi mi’n, I ségui’n to ni mi’n




Traduction :


Le grand Mali, à l’image d’un tas d’ordures, est un pays rassembleur.
Comme sur un tas d’ordures, tout y trouve sa place, et rien n’y est exclu ou refusé.


Je viens chez toi car chez toi c’est exceptionnel,
c’est différent de chez moi.
D’ailleurs, aujourd’hui, on n’a plus de chez nous.


Le Mali est un pays de paix qui n’exclut personne.
C’est un pays qui prône l’union et l’unité.
C’est un pays où l’amitié, la plaisanterie et l’hospitalité sont sacrées.
C’est un pays rassembleur et un puits au bord de la route.
Un jour, tu boiras l’eau de ce puits, que cela soit en partant ou en revenant.