Jérôme

avec Jérôme « Moko »

On s’est levé tôt ce matin
Puis tu m’as pris par les épaules
Les gens dans leur barbe ont souri
Pour ne pas être surpris
Car ils savent bien
Qu’nous n’aurons pas de môme, Jérôme


Puis ils nous ont jugé de haut
Cela ne nous fait même plus mal
S’il fallait répondre illico
La vie deviendrait infernale
Pour tout ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme


Nous qui refusons les ghettos
De ceux qui, pour être à la page
S’enfermeront un peu idiot
Dans ces quartiers comme des cages
Faites pour ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme


Moi qui ne trouve rien à dire
À juger ou à compromettre
Comment trouvent-ils-t-en à rire
À se moquer, à se permettre
Des mots sur ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme


Et puis un jour nous partirons
Dans un transport original
À voile ou à vapeur
Au fond, de leur humour un peu bancal
Sur tout ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme


Nous prendrons le chemin bizarre
Celui de l’ignorance humaine
Loin de tout ces cons sans histoire
Que cultivent pourtant la haine
Contre tout ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme


Et puis un jour nous partirons
Dans un univers incroyable
Où des millions d’enfants riront
De ne pas croire cette fable
L’histoire de ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme !


Nous prendrons le chemin étrange
De cette vie un peu minable
De ceux qui vivent loin des anges
Abandonnés des dieux louables
De tout ceux
Qui n’auront pas de môme, Jérôme !


Et puis un jour nous partirons
Dans cet univers incroyable
Et ces millions d’enfants feront
Un vacarme de tous les diables
Mais cette fois
Ils seront nos mômes, Jérôme.


On aimera tôt ce matin
Et la vie nous portera drôle
Une ribambelle de gamins
De marmots nous tenant la main
Mais cette fois ce sera nos mômes
Jérôme …