Pardon Madjid

avec Magyd Cherfi

Pardon Madjid, c’était un peu ma faute
La faute à cette France qui fit leur ignorance
Pardon Madjid, c’est le bruit, c’est l’odeur
C’est le blanc, c’est le beur et c’est leur différence


Ils t’ont montré du doigt, ils t’ont parlé un peu
Pour te dire que chez toi, ce n’était pas chez eux !


Mais les hommes sont ainsi, et leurs femmes, trop souvent,
Ont le même raccourci qui finit dans le sang.


Pardon mon frère je n’ai pas su leur dire
Eux, ils n’ont rien compris, la haine a fait le reste
Pardon mon frère, la mémoire sélective
Mélange les histoires sans oublier la peste


On choisit la colère, on oublie la raison
Pour un bouc émissaire… soixante millions de cons
C’est le ton national qui se trompe d’humeur
L’égalité a mal, la fraternité pleure !!!


Neu Tchor de lee fkahath
Laakeul y sroh o brédéss
Essa trohar tafeth


Tora amhara tseu oulé
Tora amhara tseu oulé
Aklar guemeutaoune
Sedaouèouèmen


Pardon Madjid, n’essaie plus de comprendre
Et si tu prends les armes, évite de répandre
Leur sang nauséabond qui polluerait la terre
Et changerait pour de bon notre vie en enfer


Mes amis, ça n’a rien d’une sinécure
Et c’est la guerre par un beau matin
Le jour où on te jette à la figure
« Les autres, non, mais toi on t’aime bien »


Comment voulez-vous que je garde le sourire
Quand en chacun de nous elle sommeille
Cette bête immonde qui ose le redire
« Les autres, non, mais toi c’est pas pareil »


Pardon mon frère, j’imagine souvent
Cette histoire à l’envers sur un ton amusant
Aux portes du désert, tout ces blancs immigrants
J’imagine et tes frères seraient plus accueillants
Dis, Madjid, à nos frères d’être plus accueillants !