Voyageur


J’ai marché longtemps pieds nus,
Je n’avais plus besoin de chaussures !
Je prenais le temps voulu
J’y allais lentement mais sûr

 

Et si les voisins en colère
De me voir partir comme un mendiant
Eurent un jugement de Tonnerre,
Sur toi, sur moi, pendant tout ce temps

 

Maman, je suis revenu
Il faut que tu comprennes
La vie que tu m’avais voulue
Cette vie n’était pas la mienne

 

J’ai laissé mon frère, pardon
J’ai quitté mon père, mille excuses
Le premier vit mais le second
Est mort de peine et l’on m’accuse

 

Mais les cerveaux mal pensants
Les oreilles mal entendantes
Insultent toujours les passants
Critiquent toujours les passantes

 

Maman, je suis revenu
Il faut que tu comprennes
La vie que vous avez eue
Cette vie n’était pas la mienne

 

Je suis repassé une fois
Maman t’en rappelles-tu ?
Il était déjà mort, tu vois !
Le temps jamais ne se rattrape et tue !


J’ai bien voyagé tout ce temps
Mon sac à puce ne m’a jamais quitté
J’étais dehors, j’étais dedans
Joyeux, en vie, moitié mort affamé !


Maman, je suis revenu
Il faut que tu comprennes
Tu sais, la vie que j’ai eue
N’aurait jamais été la tienne

 

Je vois qu’ici rien n’a changé
Ça se passe comme dans mes rêves
Toujours le vent, toujours les blés
Toujours les pins, toujours la sève

 

Qu’enfin vienne le temps des pleurs
Des retrouvailles, des pardons puis de l’oubli
Je suis malade et j’ai bien peur
Que ce soit là mes toutes dernières nuits

 

Maman, je suis revenu
Mais la vie fait des siennes
Le temps de la trouver vois-tu
Part sans qu’elle ne nous appartienne !